Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Molière, Le Misanthrope

Molière, Le Misanthrope
Le format de l'image est incompatible

« Dans Le Misanthrope, Alceste dit à Célimène en parlant d’un des marquis : « Est-ce par l’ongle long qu’il porte au petit doigt / Qu’il s’est acquis chez vous l’estime où on le voit ? » Tout le monde joue donc les marquis comme si c’était des extravertis maniérés… ce qu’ils ne sont pas. Pourquoi « l’ongle long » ?
La création du Misanthrope a lieu après la première affaire des poisons. À l’époque, les hommes se laissaient pousser l’ongle pour y mettre des poudres, pas forcément mortelles, il y en avait aussi pour l’amour ou pour faire dormir. Il suffisait ensuite de tremper son doigt dans la tasse de sa victime. Quand Alceste dit cette phrase, le public de l’époque comprend parfaitement. On ne peut plus le restituer, mais le savoir évite de penser que les marquis sont des êtres futiles. »
Catherine Hiegel

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    1734 (réimpression de 1735)
  • Lieu
    Imprimerie de Pierre Prault, Paris
  • Auteur(es)
    Gravure de Laurent Cars d’après un dessin de François Boucher
  • Description technique
    Estampe publiée dans les Œuvres de Moliere, tome 3
  • Provenance

    BnF, Réserve des livres rares, RES M-YF-45 (3)

  • Lien permanent
    ark:/12148/mmmzhnk4jd0d