Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Les convoitises des Européens

Marco Polo (1254-1324), Le Devisement du monde ou Livre des Merveilles : La récolte du poivre à Coilun [Quilon]
Les convoitises des Européens
Le format de l'image est incompatible

Les épices et le poivre d’Orient étaient déjà en vogue dans le monde romain, mais leur consommation devint au Moyen Âge une véritable folie à laquelle l’Occident consacra l’essentiel de ses métaux précieux. La manie des épices accommodait tous les mets, poissons, confitures, soupes, breuvages. Elles demeuraient surtout indispensables à l’agrément des viandes peu tendres, difficiles à conserver et insipides. Pour varier ses préparations, le cuisinier n’avait à sa disposition que l’art des sauces. Pour relever ses plats, il utilisait donc aussi bien les herbes locales les plus courantes, telles que le thym, l’ail, la coriandre, la menthe ou l’anis, que les luxueuses épices venues d’Orient, la cannelle, le clou de girofle, la noix de muscade, le gingembre. D’Orient provenaient également l’encens, le camphre et beaucoup d’autres drogues et substances employées dans les cérémonies religieuses, dans la pharmacopée, dans la lutte quotidienne contre les mauvaises odeurs et les épidémies. Venant de l’Inde, de Ceylan, des îles de la Sonde et des Moluques, les épices arrivaient en Occident par la mer Rouge, l’Égypte ou la Syrie, au terme d’un transport long et onéreux dont le coût était majoré des bénéfices pris au passage par les états ou les princes qui prélevaient de lourdes taxes. Éviter les intermédiaires levantins puis vénitiens – puisque Venise exerçait un monopole de fait sur le commerce du Levant – et échapper aux menaces turques pesant sur les voies commerciales du Proche-Orient, telles furent les motivations des Portugais pour la recherche d’une route nouvelle vers ces lieux de production.
C’est le plus célèbre des marchands vénitiens, Marco Polo (v. 1254-1324), qui a fait connaître aux Européens les richesses de l’Orient. En 1271, il part pour la Chine et ne reviendra que vingt-cinq ans plus tard. Prisonnier à Gênes en 1298, il partage sa cellule avec l’écrivain Rusticello de Pise à qui il confie ses souvenirs. Son Livre des Merveilles du monde est considéré comme la première documentation précise, tant géographique qu’ethnographique, sur les pays et les peuples d’Orient. Sa description de la Chine restera une référence et c’est le Cathay de Marco Polo que Christophe Colomb tentera de trouver deux siècles plus tard.

Mots-clés

  • 14e-15e siècles

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    Récit de 1299
  • Lieu
    Copié à Paris vers 1410-1412
  • Description technique
    Enluminure par le Maître de la Mazarine et collaborateurs. Manuscrit sur parchemin, 299 feuillets, 42 x 29, 8 cm
  • Provenance

    BnF, département des Manuscrits, Français 2810, f. 84

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm5062006012