Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Justine Favart dans Les Trois sultanes, rôle de Roxelane

Justine Favart dans Les Trois sultanes, rôle de Roxelane
Le format de l'image est incompatible

Née en 1727 en Avignon de parents musiciens, élevée à la cour de Lorraine, Marie-Justine-Benoîte Duronceray est au 18e siècle une danseuse, actrice, auteur dramatique, chanteuse et musicienne (elle sait s’accompagner au clavecin, à la harpe et à la guitare) de première importance. Elle fait ses débuts à l’âge de dix-huit ans comme danseuse sous le nom de mademoiselle Chantilly à l’Opéra-Comique de la Foire Saint-Germain dans Les Fêtes publiques (œuvre célébrant le mariage du Dauphin, fils de Louis XIV). Quelques mois plus tard, après la fermeture de l’Opéra-Comique de la Foire de Saint-Laurent, elle se marie à Bruxelles avec le dramaturge Charles-Simon Favart, qui a pris la direction du Théâtre de la Monnaie. Lors de ce séjour en Belgique, leur protecteur, le maréchal de Saxe, se prend de passion pour Marie-Justine (cf. Bernard Delhaume, Correspondance avec la comédienne Justine Favart, Paris, Champion, 2017). De retour à Paris, elle est reçue le 5 août 1749 à la Comédie-Italienne dans une reprise de la pièce Les Débuts de Biancolelli et Romagnesi, où elle joue le rôle de de l’Actrice débutante. En janvier 1752, le Dictionnaire des théâtres de Paris des frères Parfaict et Godin d’Abguerbe (Paris, Rozet, 1767, t. II) indique qu’elle est « reçue dans la troupe avec l’expectative d’une part entière dont elle est entrée en jouissance à Pâques par la retraite de la demoiselle Riccoboni (Flaminia) ». Elle connait une brillante carrière et s’illustre dans le genre de l’« opéra-comique » (mêlant passages parlés et passages chantés) sur des airs originaux ou « ariettes », notamment dans les œuvres de son mari ou dans celles qu’elle compose elle-même.

Justine Favart joue un rôle essentiel dans la réforme du costume de scène au 18e siècle, comme le souligne Charles-Simon Favart dans la biographie qu’il lui consacre après sa mort prématurée (en 1772) : « Avant elle, les actrices qui représentaient des soubrettes, des paysannes, paraissaient avec de grands paniers, la tête surchargée de diamants, et gantées jusqu’au coude ; dans Bastienne [Les Amours de Bastien et Bastienne, 1753, parodie en vaudevilles du Devin du village de Jean-Jacques Rousseau de Justine Favart, avec la collaboration d’Harny de Guerville], elle mit un habit de laine, tel que les villageoises le portent ; une chevelure plate, une simple croix d’or, les bras nus et des sabots. » Cette parodie remporte à l’époque un vif succès : traduite en allemand, elle « servit de livret au jeune Mozart pour son premier Singspiel (1768) » (Raphaëlle Legrand).

L’illustration tirée des Costumes et annales des grands théâtres de Paris (1786-1789) met ici en valeur Justine Favart dans la création du rôle de Roxelane en 1761, dans la comédie en vers Soliman second ou les Trois sultanes écrite par son mari, avec des ariettes de Paul-César Gibert. D’après Charles-Simon Favart, c’est la première fois que le public a pu découvrir sur la scène de la Comédie-Italienne les « véritables habits des dames turques […] fabriqués à Constantinople avec les étoffes du pays ». Le triomphe des Trois sultanes a donné naissance à plusieurs estampes, qui illustrent notamment la scène où Roxelane chante en s’accompagnant de la harpe (II, 15). Son interprète est ici représentée en habit de sultane, avec un pantalon bouffant dans le style oriental, que laisse voir la robe ouverte sur le devant, ainsi qu’une longue veste qui touche terre. Elle porte sur la tête une coiffe ornée de plumes. Pareille représentation de Justine Favart témoigne de son effort pour adapter le costume de son personnage à la réalité géographique et historique évoquée dans chaque œuvre dramatique. Son goût pour l’incarnation du rôle dans ses détails visuels sera partagé par d’autres, telle Mlle Clairon pour jouer, à la Comédie-Française, le personnage de Roxane dans Bajazet de Racine (dont elle accentue la cruauté : voir les Mémoires de Mlle Clairon, actrice du Théâtre-Français, écrits par elle-même). ILD

Mots-clés

  • 18e siècle
  • Théâtre

Bibliothèque nationale de France

  • Date
    1786-1789
  • Lieu
    À Paris, chez Janinet
  • Description technique
    Illustration pour Costumes et annales des grands théâtre de Paris par Jean-Charles vacher de Charnois, vol. 1/4
  • Provenance

    BnF, département des Arts du spectacle, RESERVE 8-RT-12568 (1)

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm6tk6cfz2d4