Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Le Festin de pierre (Dom Juan), comédie par J.-B. P. de Molière, édition nouvelle et toute différente de celle qui a paru jusqu'à présent

Frontispice de l'édition parue à Amsterdam en 1683
Le Festin de pierre (Dom Juan), comédie par J.-B. P. de Molière, édition nouvelle et toute différente de celle qui a paru jusqu'à présent
Le format de l'image est incompatible

C’est peu de mois après l’interdiction de Tartuffe (1664) que Molière, écrivant une brillante adaptation à grand spectacle d’un sujet espagnol popularisé par les comédiens italiens (Le Festin de pierre rebaptisé après sa mort Dom Juan, ou le Festin de pierre), a posé l’équivalence médecine-religion : « Comment ! Monsieur, vous êtes aussi impie en médecine ? » demandait Sganarelle à Dom Juan. Et la réponse de celui-ci – « c’est une des grandes erreurs qui soient parmi les hommes » – était une affirmation d’incrédulité, pleinement dans la tradition sceptique qui depuis Montaigne avait dénoncé les illusions de la médecine et l’imposture des médecins. C’est cette tradition sceptique qui avait engendré un lieu commun en vogue dans les milieux de la libre pensée (dits « libertins ») : l’équivalence religion-médecine, deux formes interchangeables de superstition et deux manifestations équivalentes de la crédulité humaine portée à son point culminant.

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    1683
  • Lieu
    Amsterdam
  • Provenance

    BnF, Réserve des livres rares, RES-YF-4172

  • Lien permanent
    ark:/12148/mmwrjs5jc3szg