Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

L'Amour des homonymes

Recueil de poèmes de Robert Desnos
L'Amour des homonymes
Le format de l'image est incompatible

Desnos est surnommé par André Breton « l’homme qui rêve tout haut sans dormir » (1924). Publiée dans la revue Littérature avant d’être reprise dans Corps et biens (1930), L'Amour des homonymes, coulée verbale insistante et tourmentée, porte la date du 22 novembre 1922.

Le pliage de Robert Desnos s'inspire de son nom et celui de ses amis : Francis Picabia, Marcel Duchamp, Paul Eluard, Max Ernst, René Crevel, Louis Aragon, Jacques Baron, André Breton, M. Morise, Benjamin Péret, Guillaume Apollinaire, Isidore Ducasse, Alfred Jarry, Arthur Rimbaud, Germain Nouveau.

Le début est habité par l’obsession de formes circulaires se propageant en « grandes ondes invisibles et concentriques » : roues, seins, cibles, sphère. Dans la suite du texte, l’attirance pour la féminité – insaisissable – s’associe inextricablement au déploiement de la productivité du langage. Le sujet risque de se perdre dans un monde vertigineux de reflets, d’échos et d’homonymies. D’où le cri de détresse lancé par « l’amant des homonymes ».

La dédicace manuscrite, accompagnée du dessin d’une pensée, rappelle une comparaison de l’époque entre Eluard et cette fleur. Elle correspond aussi au statut indécis de ces pages, entre automatisme et discursivité : à fleur de pensée.

Mots-clés

  • 20e siècle
  • Littérature
  • Robert Desnos
  • Surréalisme
  • Paris
  • Brouillons et manuscrits

Bibliothèque nationale de France

  • Date
    1922
  • Lieu
    Paris
  • Auteur(es)
    Robert Desnos (1900-1945), auteur
  • Description technique
    Manuscrit autographe, 128 fol., 30 x 24 cm ; Taches réalisées par pliages, encres noire, bleue et rouge sur papier de registre de comptes ligné
  • Provenance

    BnF, département des Manuscrits, NAF 25096, fol. 35v-36r

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm106200582g