Découvrir, comprendre, créer, partager

Vidéo

L'art du livre carolingien

L’enluminure carolingienne offre un savant mélange d’influences antiques, insulaires et mérovingiennes.

Les artistes carolingiens s'approprient non seulement les formes architecturales et les ornements antiques, mais aussi le style naturaliste et les illusions de perspective de la période hellénistique. Ce retour au classicisme s’exprime aussi bien dans les pages de texte, transcrites en lettres d’or et d’argent sur du parchemin pourpré, que dans la mise en scène tridimensionnelle des personnages, représentés au sein d’éléments architecturaux qui créent un effet de perspective.

Le décor ornemental des manuscrits carolingiens s’inspire aussi de l’art graphique des Irlandais et Anglo-saxons des siècles précédents, et font de l’entrelacs, des figures géométriques et des animaux stylisés leurs motifs privilégiés, en les développant de manière abstraite, et en donnant naissance à ce que l’on appelle les « pages-tapis » célèbres pour leur profusion ornementale savamment orchestrée.

Enfin, les artistes carolingiens retiennent aussi la lettrine multicolore, le répertoire de poissons et d’oiseaux, et le frontispice en forme de portique de l’art mérovingien.

Dans certains manuscrits, ces influences se conjuguent pour engendrer des compositions nouvelles et donner naissance à un style unique en son genre.

Mots-clés

  • 5e-10e siècles
  • Enluminure et art du livre
  • Art carolingien
  • Europe

© BnF - Éditions multimédias