Découvrir, comprendre, créer, partager

Article

L'Île mystérieuse

Couverture de L’Île mystérieuse
Couverture de L’Île mystérieuse

© Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse

Le format de l'image est incompatible
« Les Robinsons ont été les livres de mon enfance, et j’en ai gardé un impérissable souvenir. », confiait Jules Verne, dans une préface à son livre Seconde Patrie. Fidèle à ce souvenir, il a livré plusieurs ouvrages typiques des « robinsonnades », ces romans inspirés de Robinson Crusoé (1719, Daniel Defoë) et du Robinson suisse (1812, Johann David Wyss), qui mettent en scène des héros, qui tentent de survivre, en général après s'être échoués sur une île déserte. Le plus célèbre reste sans doute L'Île mystérieuse, au détour de laquelle on croise un certain capitaine Nemo...

Manuscrit de L’Île mystérieuse
Manuscrit de L’Île mystérieuse |

© Centre d'études verniennes

L’Île mystérieuse est le treizième des Voyages extraordinaires ; il s’inspire en partie du manuscrit de L’Oncle Robinson, refusé par son éditeur Hetzel en 1870. Ce Voyage extraordinaire est d’abord publié en feuilletons dans le Magasin d’éducation et de récréation, du 1er janvier 1874 au 15 décembre 1875, avant d’être publié en un volume illustré de plus de cent cinquante gravures sur des dessins de Jules Férat, le tout sous un magnifique cartonnage. Jules Verne veut apporter au genre des robinsonnades les dernières données de la science et souhaite ainsi écrire un « roman chimique ».

Aux États-Unis, en 1865, pendant la guerre de Sécession, cinq hommes sont prisonniers des Sudistes dans la ville de Richmond. Ils décident de s’en échapper en s’emparant d’un aérostat. Enlevés dans les airs par une forte tempête, ces évadés s’échouent, au bout de cinq jours de dérive et de plus de six mille milles, sur une île inconnue du Pacifique.

Les « naufragés de l’air » sont l’ingénieur Cyrus Smith et son domestique Nab, le marin Pencroff, le journaliste Gédéon Spilett et le jeune orphelin Harbert. Ils vont tout avoir à réinventer pour vivre dans cette île déserte. L’ingénieur Cyrus Smith fait bénéficier l’équipée de ses connaissances. Grâce à celles-ci, il va recréer une petite société. Il commence par faire du feu, grâce à la réunion de deux lentilles de montre qui concentrent les rayons du soleil. Le feu permettra de fabriquer des briques, nécessaires à la construction d’un four, permettant lui-même de fabriquer du métal, du verre… Une agriculture et un élevage rudimentaires seront aussi mis sur pied, permettant aux colons de passer de la survie et à une vie organisée.

L’île, baptisée Lincoln par les naufragés, est d’une richesse prodigieuse. Ils y aménagent une demeure dans une de ses falaises, la Granite-house.

Carte de l'Île Lincoln
Carte de l'Île Lincoln |

© Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse

Le marin Pencroff construit un petit voilier, le Bonadventure, d’après les plans de Cyrus Smith. Grâce à cette embarcation ils font une excursion sur l’île voisine, nommée Tabor. Ils y découvrent un être hirsute, une sorte de fauve humain. Il s’agit d’Ayrton, un ancien marin au passé délictueux, qui vit seul sur cette île depuis de nombreuses années. Amené sur l’île Lincoln, grâce à la patience de l’équipe, en particulier de Cyrus Smith, Ayrton reprend conscience de sa dignité d’homme et sort de son silence.

L’ascenseur fut mis en mouvement
L’ascenseur fut mis en mouvement |

Bibliothèque nationale de France

Capitaine Nemo, vous nous avez demandés. Nous voici
Capitaine Nemo, vous nous avez demandés. Nous voici |

Bibliothèque nationale de France

Durant ce séjour de quatre années, les naufragés bénéficieront d’une mystérieuse providence. Dans des situations désespérées, elle veille sur eux : des pirates, les attaquant jusque dans leur demeure, seront anéantis ; un médicament nécessaire à la survie du jeune Harbert, gravement malade, apparaît de manière inexplicable.

Quel est le « secret de l’île » ? Le capitaine Nemo, le maître du Nautilus, personnage central de Vingt mille lieues sous les mers, reparaît. Fatigué, ayant mûri et proche de la mort, il confie : « Je meurs d’avoir cru que l’on pouvait vivre seul ! ». Il est, comme Ayrton, rentré dans l’humanité et aidera les naufragés à être sauvés lors de la destruction de l’île Lincoln par une éruption volcanique.

Ce roman est un des chefs d’œuvre de Jules Verne. Il représente comme une synthèse de l’histoire humaine, de la capacité de l’homme à construire une société et être sociable.

L’île mystérieuse a été adaptée de nombreuses fois à l’écran. Une des adaptations les plus connues en France est un feuilleton télévisé de six épisodes diffusé en 1973, dans lequel Omar Sharif joue le rôle du capitaine Nemo.

Lien permanent

ark:/12148/mm6jk32vzx03v