Découvrir, comprendre, créer, partager

Article

Le Discours sur le Bonheur

Portrait d’Émilie Du Châtelet
Portrait d’Émilie Du Châtelet

Bibliothèque nationale de France

Le format de l'image est incompatible

Seule œuvre personnelle de Mme du Châtelet, composée, pense-t-on, entre 1744 et 1746, au moment de la crise dans ses relations avec Voltaire, le Discours sur le bonheur est une œuvre dont on a longtemps mal jugée la grande franchise. Mme du Châtelet s’y montre très épicurienne : « Il faut, pour être heureux, s'être défait des préjugés, être vertueux, se bien porter, avoir des goûts et des passions, être susceptible d'illusions, car nous devons la plupart de nos plaisirs à l'illusion, et malheureux est celui qui la perd. […] On est heureux que par des goûts et des passions satisfaites. » Elle se laisse aller aussi à des confiances : « j'ai été heureuse pendant dix ans par l'amour de celui qui avait subjugué mon âme ; et ces dix ans, je les ai passés tête-à-tête avec lui sans aucun moment de dégoût, ni de langueur. Quand l'âge, les maladies, peut-être aussi un peu la facilité de la jouissance ont diminué son goût, j'ai été longtemps sans m'en apercevoir ; j'aimais pour deux, je passais ma vie entière avec lui, et mon cœur, exempt de soupçon, jouissait du plaisir d'aimer et de l'illusion de se croire aimé. Il est vrai que j'ai perdu cet état si heureux, et que ce n'a pas été sans qu'il m'en ait coûté bien des larmes. »

Ce bonheur n'est pas impossible

Madame du Châtelet, Discours sur le bonheur, 1746
Ce qu'on peut faire de mieux, est de se persuader que ce bonheur n'est pas impossible. Je ne sais cependant...
Lire l'extrait

Ce qu’il faut pour être heureux

Madame Du Châtelet, Discours sur le bonheur, 1746
Il faut, pour être heureux, s'être défait des préjugés, être vertueux, se bien porter, avoir des goûts...
Lire l'extrait

Provenance

Cet article provient du site Les Essentiels de la littérature

Lien permanent

ark:/12148/mm00bqht4h90