Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Tristan et Iseut dans la forêt du Morois

Roman de la poire
Tristan et Iseut dans la forêt du Morois
Le format de l'image est incompatible

Le Roman de la poire raconte les échanges amoureux du narrateur et d’une dame qu’il aime en secret. La figure d’Amour est escortée par des couples célèbres, tels Tristan et Iseut dont certains épisodes sont rapportés.

Véritable psautier d’amour, ce petit manuscrit d’un raffinement exquis passe pour avoir été offert à une princesse de sang royal prénommée Agnès, à Paris, vers 1250-1260. Il a été illustré par un atelier parisien, dit du Maître de Bari. Le Roman de la poire qu’il contient est une longue allégorisation de l’entrée en amour de l’amant (ici l’auteur, Tibaut) pour sa dame (Agnès). En exergue de ce long poème de plus de trois mille vers apparaissent quatre couples d’amoureux exemplaires, :Tristan et Iseut, Cligès et Fénice, Pyrame et Thisbé, Pâris et Hélène.

C’est l’épisode de la découverte de Tristan et Iseut par le roi Marc qui est évoqué ici et mis en images. Les deux amants se sont réfugiés dans la forêt du Morois et se reposent dans une cabane de feuillage. Apercevant le roi Marc, égaré au cours d’une partie de chasse, qui approche, Tristan place une épée entre lui et Yseut, et tous deux font semblant d’être endormis ; attendri, le roi Marc obture de son gant le trou de feuillage qui laissait passer un rayon de soleil.

Certains de ces éléments, qui ne se trouvent ni dans le Tristan de Béroul ni dans la saga norroise, donnent à penser que Tibaut s’est inspiré d’une version du roman de Tristan aujourd’hui perdue.

La légende des amours tragiques de Tristan et Iseut s’inspirerait de traditions des Cornouailles ou d’Ecosse, enrichies d’éléments issus de la littérature classique. Elle aurait été d’abord diffusée par des jongleurs, avant d’être mise par écrit. Les deux versions les plus anciennes semblent avoir été créées à la cour d’Aliénor d’Aquitaine et Henri II Plantagenêt, vers 1170-1180 : celle de Béroul est dramatique, parfois proche de l’épopée, tandis que celle de Thomas d’Angleterre est plus lyrique et courtoise, centrée autour des cas de conscience amoureux. À leur suite, des poèmes mettent en scène le célèbre couple, dont un lai de Marie de France.

Mots-clés

  • Moyen Âge
  • Dessin
  • Littérature
  • Europe
  • Enluminure et miniature
  • Illustration
  • Livre manuscrit

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    Vers 1275
  • Auteur(es)
    Thibaut
  • Description technique
    Manuscrit sur parchemin
  • Provenance

    BnF, Manuscrits, Français 2186 fol. 5v

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm118200434p