Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Initiale de Beatus

Psautier de saint Louis
Initiale de Beatus
Le format de l'image est incompatible

Plus tardive que la lettre ornée, la lettre historiée est l’aspect le plus original de la mise en page de l’illustration au Moyen Âge. Elle opère une association intime de l’écrit et de l’image en intégrant celle-ci dans l’écriture même du texte : la lettre sert de cadre de présentation à l’histoire, en écho au texte situé sur la même page, ou au texte qu’elle introduit.

Le Psautier de saint Louis est un petit manuscrit mettant en scène des épisodes de l’Ancien Testament et des psaumes. Ces derniers sont également illustrés de huit grandes initiales figurées à sujet double, dont la première et la plus impressionnante est une lettre B qui occupe tout l’espace de la page. La lettre B renvoie à la fois au nom de l’héroïne de la scène Bethsabée, au motif de l’image – le bain – et au premier mot du psaume Beatus. Commandé par le roi de France, saint Louis, ce psautier fut vraisemblablement exécuté à partir de 1 254, à son retour de croisade.

La lettre B se prête particulièrement bien à une exploitation narrative. Ses deux orbes permettent de développer le récit de l’aventure de David et Bethsabée en deux épisodes successifs. En haut, on voit comment David, fils de Jessé et roi d’Israël, surprend lors de son bain Bethsabée, l’épouse de son officier Urie. David s’éprend de la belle et fait tuer Urie pour s’emparer d’elle. Blâmé par Nathan pour cet adultère, le roi subit une longue période de déchéance, au cours de laquelle il aurait écrit ces psaumes. L’épisode du bas illustre la pénitence de David demandant grâce au Christ après avoir avoué publiquement son double péché (l’adultère et le meurtre). Perpendiculairement à cette traversée des temps, la division verticale des orbes organise une traversée de l’espace où se trouve assignée, selon les codes visuels du Moyen Âge, une valeur idéale au côté droit, tandis qu’à gauche se déploie l’histoire de la tentation et du repentir. Si saint Louis, le prude et très pieux roi de France, et commanditaire de ce psautier, a pu souffrir ici la représentation de la nudité, c’est qu’elle symbolise le péché d’adultère et introduit son repentir.

Mots-clés

  • 11e-13e siècles
  • Livre manuscrit

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    vers 1270-1274
  • Lieu
    France
  • Auteur(es)
    Maître du Psautier royal
  • Description technique
    Manuscrit à peintures, 21 x 15 cm
  • Provenance

    BnF, département des Manuscrits, latin 10 525, fol. 85v

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm121200312v