Découvrir, comprendre, créer, partager

Image

Océan Atlantique sud-ouest avec le Brésil

Atlas Miller
Océan Atlantique sud-ouest avec le Brésil
Le format de l'image est incompatible

La carte nautique du sud-ouest de l’océan Atlantique et des côtes du Brésil est véritablement un tableau racontant plusieurs histoires : celle de la découverte de la Terra Brasilis (Brésil) depuis l’embouchure de l’Amazone jusqu’au 37° de latitude sud, au-delà de l’embouchure du fleuve Rio de La Plata, et celle des grandes traversées de l’océan par les marins portugais.


L’iconographie sur la faune, la flore et les autochtones de cette région du monde, inconnue encore il y a peu, est très riche. Les indigènes américains sont représentés pour la première fois vêtus de pagnes et de coiffes de plumes chatoyantes, entourés de la faune exotique du Nouveau Monde, surtout des oiseaux multicolores et des singes. Des Indiens nus ramassent le fameux « bois du Brésil », de couleur rouge, si recherché en Europe, et qui donna son nom à la nouvelle région découverte. Les miniatures suggèrent les étapes de l’exploitation des bois tropicaux. En effet, au cours des trois premières décennies des explorations (1500-1530), les Portugais ne colonisèrent pas le Brésil et s’appuyèrent sur le travail des indigènes pour obtenir le bois contre des produits européens (miroirs, ciseaux, haches etc.). La colonisation à proprement parler viendra plus tard, avec l’élevage du bétail et la culture de la canne à sucre. Un autre groupe d’Indiens s’adonne à diverses activités dans un décor de forêts. Tandis que l’un chasse à l’arc, un autre creuse la terre à la recherche du métal précieux avec lequel ils fabriqueront leurs ornements : bracelets aux poignets ou en haut du bras, boucles d’oreille. Bijoux qui ne manquèrent pas d’attirer la convoitise des conquistadores espagnols.


Une longue légende placée en haut à gauche donne la mesure de l’émerveillement des Européens confrontés à l’étrangeté du Nouveau Monde : « Dans cette partie des Antilles du roi de Castille, on trouve du minerai d’or. […] Les habitants à peau foncée, sont sauvages, très cruels et se nourrissent de chair humaine. Dans ce pays vivent des perroquets multicolores, d’autres oiseaux innombrables, des bêtes sauvages. C’est là que pousse en grande quantité l’arbre appelé Brésil qui est utilisé comme colorant pour teindre de rouge les étoffes. »

Mots-clés

  • 16e siècle

© Bibliothèque nationale de France

  • Date
    1519
  • Lieu
    Portugal
  • Auteur(es)
    Pedro et Jorge Reinel, António de Holanda
  • Description technique
    Manuscrit enluminé sur vélin, 41, 5 x 59 cm et 61 x 118 cm
  • Provenance

    BnF, département des Cartes et Plans, CPL GE D-26179 (RES), f. 5

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm506200668s