Découvrir, comprendre, créer, partager

Vidéo

Naissance des écritures

L'écriture, apparue il y a à peine plus de 5000 ans, est née plusieurs fois, et s’est élaborée progressivement. Elle est attestée en Mésopotamie 3300 ans avant J.-C. et se répand entre le Tigre et l'Euphrate à partir de 3100 avant J.-C. Les plus anciens documents égyptiens portant des traces d'écriture datent à peu près de la même époque. L’écriture apparaît également, entre 2600 et 1900  ans avant J.-C. dans le sous-continent indien, sur les bords de la vallée de l'Indus, et entre 2000 et 1500 ans avant notre ère, en Méso-Amérique, avant d’apparaître en Chine, 1500 ans avant notre ère.

Les signes les plus anciens sont des pictogrammes. Ils désignent les objets de manière simplifiée et symbolique. Pour noter les idées abstraites, on peut aussi combiner deux pictogrammes. Ce type de notation nécessite la création d'autant de caractères ou combinaisons de caractères qu'il y a de mots avec tous les problèmes d'apprentissage que cela suppose. Aussi les hommes ont-ils imaginé, en utilisant un procédé assimilable à celui du rébus, de retranscrire les sons. Les égyptiens continuèrent d’utiliser leurs signes idéographiques, en les combinant avec ces signes phonétiques. Après de premiers tâtonnements, les phéniciens, suivis bientôt par les araméens, les grecs, les romains, les hébreux, et plus tard par les arabes, n'utilisèrent que la vingtaine de caractères de leurs alphabets, alors que l'Inde adopte un système phonographique original. Certaines traditions d'écriture, tout en intégrant des éléments phonographiques sont restées attachées à la force idéographique de leurs caractères.

Mots-clés

  • Antiquité orientale
  • Antiquité égyptienne
  • Antiquité chinoise
  • Archéologie
  • Histoire
  • Écritures
  • Amérique
  • Égypte
  • Chine
  • Mésopotamie

© BnF - Éditions multimédias