Découvrir, comprendre, créer, partager

Vidéo

Les écritures égyptiennes

L’écriture des Égyptiens est essentiellement phonétique. Vingt-quatre phonogrammes transcrivent l’équivalent de leurs consonnes, constituant l’alphabet égyptien. Toutefois, les signes peuvent aussi signifier ce qu’ils représentent, et les signes de l’écriture hiéroglyphique gardent un fort pouvoir graphique. Aussi, pour éviter les confusions, l’égyptien utilise des déterminatifs. Dans les inscriptions utilisant des hiéroglyphes, les signes disposés en lignes ou en colonnes se lisent toujours du haut vers le bas, et les êtres animés permettent de déterminer si le sens de la lecture va de droite à gauche, ou inversement. À côté des hiéroglyphes, l’Égypte a développé des écritures plus cursives comme le hiératique, qui fonctionne sur les mêmes principes. L’écriture hiératique est directement issue d’une simplification des hiéroglyphes. Mais un texte en hiératique, lui, se lira toujours de droite à gauche. Dans les textes en hiératique, les titres sont signalés en rouge. Les textes ne comportent pas de ponctuation, mais ils sont rythmés par des mots en rouge.

Mots-clés

  • Antiquité égyptienne
  • Idéogrammes et dérivés
  • Langue égyptienne
  • Égypte

© BnF- Éditions multimédias